Accord Préalable validité portée à un an

En application depuis le 8 mars 2014,

Site officiel du syndicat des spécialistes en Orthodontie
Rendez-vous sur :

Facebook Agora Orthodontie Infos

Archives
Orthodontie France 2

18 décembre 2013

Get the Flash Player to see this player.

Spécialité

Carnet Noir de La Dépêche du Midi

Philippe Merle-Beral



« Philippe Merle-Béral nous a quittés, en cette fin d’année 2013, à quelques heures des fêtes joyeuses qui nous font basculer dans l’année nouvelle et qu’il aimait passer parmi les siens ou avec des amis. Sens de la famille, convivialité, deux valeurs que Philippe savait cultiver, sans forcer son naturel, tant il était proche des autres par son amabilité et sa gentillesse, qu’on percevait immédiatement à son contact.

Merle-Béral, cela voulait dire quelque chose dans la dentisterie et l’orthodontie. Après Jacques, son père, le professeur, il continua l’art dentaire dans le cabinet réputé d’Albi, qu’on appelait par son nom. Ses patients, et en particulier les jeunes, louaient sa patience, son habileté. Ses réussites professionnelles de médecin stomatologiste étaient sa meilleure récompense.

On le surnommait affectueusement «Prince Philip». Oui, Philippe avait du princier en lui par son sens des relations humaines qui lui faisaient jouer un rôle social important dans la cité, sa ville d’Albi, qu’il chérissait. «L’ami de tous» souhaitait être son père Jacques. Philippe continua à l’être, avec son élégance, sa classe.

Membre éminent du Rotary, golfeur, chasseur, notamment de bécasses, Philippe aimait la vie et les gens. Gastronome, il appartenait au cercle des amateurs de la divine tuber mélanosporum, qui anoblit nos tables de l’hiver. On appréciait son humour et ses traits d’esprit.

Les anciens élèves du lycée Lapérouse l’élirent à leur présidence de 2001 à 2007. Il l’exerça avec bonheur, proche de ses condisciples, de l’administration et des élèves d’aujourd’hui.

Les réunions du bureau étaient un vrai moment de fête, où l’amitié abolissait, grâce à lui, les différences d’âge et sociales entre les membres. Philippe était le parfait camarade, attentionné, écouté, généreux.

Philippe Merle-Béral était âgé de 71 ans. À tous les siens, à Martine, son épouse, à ses enfants, à la grande famille Merle-Béral, nous exprimons notre tristesse et les prions de croire à nos condoléances sincères. »

Issu de l’article de La Dépêche du Midi

Professions libérales : les métiers de la vie en danger – signez la pétition de l’UNAPL

L’Union Nationale des Professions Libérales, après avis de ses organisations membres, lance une vaste opération de protestations sur le thème : « Professions libérales, les métiers de la vie en danger. ».

Le but est de recueillir, par le biais d’une pétition en ligne et sur les réseaux sociaux, un maximum de signatures pour montrer que « le ras le bol » s’exprime. Cette pétition est ouverte à tous : professionnels, salariés de nos cabinets et de nos organismes associés, patients et à tous ceux qui pensent que les professions libérales sont indispensables.

La confédération est partie prenante de cette action qu’elle soutient. Fiscalité, contraintes et obligations croissantes, hold-up sur nos retraites, manque de reconnaissance et de représentativité, autant de sujets communs à tous les professionnels libéraux qui s’ajoutent aux nôtres spécifiquement dentaires.

À ce jour, plus de 10 000 signatures ont déjà été recueillies. Plus nous serons nombreux, plus nous avons de chances d’être entendus !

N’hésitez pas à signer la pétition !



Flyer / Affichette à distribuer à vos différents interlocuteurs : Affiche à disposer dans vos salles d’attente : Mode d’emploi :
Flyer A5 danger unapl Affiche A3 danger UNAPL encart MdE Danger UNAPL

Premières assises de l’Orthodontie

 

Le 5 juillet 2013, à Paris, sous l’égide du Syndicat des Spécialistes Français en Orthopédie Dento-Faciale (SSFODF), se sont tenues les Premières Assises de l’Orthodontie.
Ont participé à ces assises tous les syndicats ayant une représentation des spécialistes au sein de leur structure : SSFODF, CNSD, FSDL, UJCD, SMODMF.

 

Pour la première fois, toutes les composantes de la spécialité orthodontique ont dégagé un consensus sur deux thèmes majeurs pour notre exercice de demain :

  1. Accès aux soins
  2. Avenir de la spécialité.

 

Concernant l’accès aux soins, ont été adoptés trois points de consensus :

  1. Le diagnostic et la thérapeutique orthodontiques constituent une discipline médicale réglementée impliquée dans la prévention.
  2. L’exercice libéral est le moyen le plus efficient pour permettre l’accès aux soins orthodontiques par son implantation, sa souplesse et son adaptabilité.
  3. La liberté des honoraires dans le cadre du respect de la déontologie garantit la liberté thérapeutique et l’indépendance professionnelle. Elle seule permet une diffusion rapide de l’innovation, gage de l’autorégulation et de l’augmentation de la qualité des soins, dans un contexte économique maitrisé.

Concernant l’avenir de notre spécialité, quatre actions à entreprendre ont été définies :

  1. Pour répondre à la demande de soins sur le territoire français, il est demandé le retour au nombre d’étudiants formés avant la mise en place de l’internat, c’est-à-dire 70 étudiants au lieu de 50 actuellement.
  2. Les signataires demandent l’ouverture d’un corps d’enseignants vacataires (orthodontistes avec un statut d’enseignants vacataires) d’une part et obtenir qu’une partie du stage soit effectuée en cabinet libéral d’autre part.
  3. Les signataires demandent l’inscription des assistantes dentaires au code de la santé publique sous subordination du praticien.
  4. Il est proposé une signalétique commune aux spécialistes en orthodontie sur leurs plaques, permettant une reconnaissance visuelle sans équivoque de leur statut de spécialiste, par les patients.

 

Pour information : Pessoa : la ministre de l’Enseignement supérieur met en garde les familles

Interrogée dans les colonnes du Quotidien du Médecin, la ministre de l’Enseignement supérieur revient sur le cas du centre de formation privé Fernando Pessoa.

Elle rappelle que la plainte déposée par le gouvernement « porte à la fois sur l’usage abusif du titre d’université sur le non-respect des déclarations préalables à la création d’établissements d’enseignement privé, mais aussi sur des faits pouvant relever de tromperie voire d’escroquerie ». La ministre note que « même le secrétariat d’État à l’enseignement supérieur portugais a précisé que l’université Fernando Pessoa, même dans le cas de diplômes qu’elle octroie et qui sont reconnus au Portugal, n’a pas la compétence pour délivrer ces diplômes portugais en France ». Par ailleurs, la ministre indique qu’elle a mis en garde les familles « qui pourraient être abusées par de telles pratiques qui fondent leur activité sur le désarroi et la déception d’étudiants ayant échoué au terme de la première d’accès aux professions de santé ».

En pièce jointe :  l’interview de la ministre dans les colonnes du Quotidien du Médecin

Le Livre Blanc 2012 de l’Orthodontie

L’orthopédie dento-faciale : Un maillon essentiel dans la santé et le développement de la bouche et de la face

Pour lire cliquez sur le livre

En mode zoom , déplacez la page avec avec le bouton gauche de la souris enfoncée et en bougeant la flèche.